Hello vous, 

je sais ça fais longtemps ! 

mais bon, je reviens avec un article que vous attendiez depuis... fort fort longtemps ! 

Voilà, comme je l'avais dis dans mes découvertes estivales, j'ai de plus en plus l'envie de vous parler de ma vie, ma vie en tant que ronde, ma vie en tant que ronde dans un pays où faire un 40, c'est être déjà trop grosse. Dans un pays où chaque jour est un combat face aux réflexions, aux regards, aux désavantages que provoque le physique. 

En ce moment, de nombreuses campagnes sont lancées contre le harcèlement et je me dois d'en parler. 

Toi, lecteur, lectrice, que tu sois gros, mince, vieux, jeune, cet article il te concerne ! Et il concerne d'ailleurs ta famille, tes amis... 

Ce n'est pas sans émotions que je me lance, mais avant tout tu dois savoir quelque chose ! 

Avant de juger quelqu'un sur son poids, réfléchis bien, avant de lui dire qu'il ou elle est une baleine, qu'il ou elle ressemble à Obélix, qu'il ou elle adore le mac do, qu'il ou elle est tellement gros(se) qu'il ou elle n'aura jamais de vie, de copain/copine, d'amis, de métier, ou encore que c'est un(e) raté(e).

Ou encore pire, avant de te plaindre d'avoir pris 3 kilos (alors que tu en fais 40)  ou de ne pas avoir pris de poids depuis bien longtemps, REFLECHIS, est-ce que cette personne-là, à qui tu viens de dire toutes les pires horreurs qui résonneront dans sa tête jusqu'à la fin de sa vie, est responsable ? 

Pour remettre les choses dans leurs contextes et répondre à d'éventuelles questions, j'ai toujours été ronde... Pendant que les autres enfants de 6ans avaient des chips, des sodas et des gâteaux au gouter, moi je mangeais des abricots secs avec une bouteille d'eau. Pendant que les autres s'habillaient en taille 6ans, moi j'était déjà à la taille 10-12 ans. Pendant que les autres faisaient des visites médicales scolaires banales, moi on convoquait mes parents pour leur parler de stages d'amaigrissement... 

J'ai mangé toute ma vie bio, des légumes, des bonnes choses, du frais et pourtant j'ai toujours eu un corps différent.

La souffrance était déjà présente, des remarques des camarades, des profs de sport, des médecins... 

Ah ! des médecins, qu'est ce que j'en ai vu !

Nutritionnistes, généralistes, endocrinologues, homéopathes, psychologues, acupuncteur, et j'en passe ! Attention, ça n'a jamais été le choix de mes parents, toujours le mien, pour mon bien et ma santé surtout ! 

"Il faut souffrir pour être belle", cette phrase de génie, qui m'a poussée à accepter des régimes et des méthodes qui ne m'ont fais que perdre espoir... 

Certains médecins ont parfois fini par me dire que j'étais un cas désespéré, une énigme, que la nourriture que je mangeais et la quantité n'aurait jamais du me faire grossir autant ... 

J'ai été lancée dans de nombreux régimes, tous plus foireux les uns que les autres, 2 ans sans gluten, sans résultats ! 2 ans sans lait de vache, sans résultats ! 

Ah, et vous devez sans doute penser, mais et le sport ?

J'ai été inscrite à la salle de sport 2 ans en en  faisant 3h par semaine car mon emploi du temps scolaire ne me permettait pas plus et que c'était le maximum pour une enfant de 11ans. 

Je n'ai jamais été dispensée de sport scolaire malgré les nombreux professeurs m'ayant pris comme "souffre-douleur"... 

Et j'ai depuis quelques mois repris une routine quotidienne de marche rapide et de course. 

Tout ça ! Et oui, alors tu crois que si ces gens, oui ces gens qui se croient tout permis en t'insultant, en te harcelant, en te tapant, s'il avaient su tout ce que tu avais subis pour maigrir, il l'aurait fais quand même ? 

 

Si cet article t'as plu, tant mieux ! 

N'hésites pas à partager autour de toi, à commenter  et à me faire part de tes expériences ! 

L'épisode #2 arrive très bientôt, toujours dans cette thématique mais plus axé sur moi, maintenant, en tant qu'ado de bientôt 16ans, ma vision de la vie lycéenne, etc. 

Merci d'avoir lu mon article ! 

KISS 

 

 

 

Retour à l'accueil